jeudi 26 juillet 2007

Le pays n’a besoin que de neuf économistes par an!

Le nombre de postes ouverts au concours d'assistanat de cette année spécialité économie est alléchant: 9 postes pour 150 candidats, soit un taux de réussite de 6% (profil des candidats : des Bac+8 et plus, qui sont avancés dans la rédaction de leurs thèses de doctorats et même finis de la rédiger et ayant à leur actifs quelques années d'enseignement en tant que contractuels lesquelles années limitées au nombre de quatre).
Ainsi neuf économistes vont intégrer la fonction publique pour devenir des assistants de l'enseignement supérieur et pour beaucoup d'entre eux cette réussite va clôturer des années de recherches pointues (modélisation, stimulation, études de cas, estimation économétrique etc) et le début d'une ère de "momification" expressions utilisée généralement pour définir la titularisation des fonctionnaires dans la fonction publique synonyme d'arrêt de motivation et d'une éternelle quête des promotions financières (grades, échelles, échelons, primes …).
Comme si le pays n’a pas besoin d’économistes pour atteindre ses objectifs « plus que promoteurs » tel qu’un taux de croissance de 6% par an, un taux de chômage de 13% ou un revenu moyen par tête de 5000 DT sans oublier les chantiers qui vont s’ouvrir les prochaines années (projets pharaoniques financés par des pays du Golfe).
Quand est ce qu’on va comprendre que tout développement passe inéluctablement par la matière grise et que mettre les bâtons dans les roues de ceux qui ont choisi la voie du savoir ne fera qu’empirer la situation?
Quand est ce qu’on va comprendre également qu’il faut créer des synergies entre les centres de recherches (universités) et acteurs économiques (mégaprojets émiratis entr’autres) ? Pourquoi ne pas impliquer les chercheurs dans les chantiers qui vont s’ouvrir et arrêter de restreindre les horizons déjà étroits de la recherche scientifique à des pseudo concours de la fonction publique sans grand intérêt aussi bien pour les chercheurs (démotivants vus les taux de réussite) que pour l’économie du pays ?
Il est grave que la plupart des diplômés de l’enseignement supérieur préfèrent aujourd’hui l’intégration de la fonction publique (vouée à l’extinction) au lieu de créer leurs propres projets beaucoup plus motivants mentalement et financièrement ! L’économie du pays prendra un sérieux coup si les tentatives privées diminuent au profit de l’attraction du secteur public parce que ceci est synonyme de baisse d’investissements et de la hausse du chômage, deux maux dont souffre de plus en plus notre économie.

6 commentaires:

rayhane a dit…

merci pour ce post qui sauve notre visite à cette blogosphère devenue superficielle et gamine

Téméraire V5.0 a dit…

C'est un constat pénible et qui ne touche pas uniquement les Economistes.

Vu le retard dans la création de débouchées d'emplois, ça va être pénible même pour les plombiers.

Téméraire V5.0 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
M.o.u.l.i.n a dit…

Etre assistant ou maitre assistant (ou maître de conférence), ce n'est pas uniquement de l'enseignement et le début de la momification, c'est -en théorie, mais dans bien des cas dans la pratique- aussi de la recherche scientifique publique; il en faut aussi.

Ton constat sur la situation de la recherche est le même dans le monde entier, et est plus accentué dans les pays francophones. De nouvelles débouchés pour les docteurs, où ils ne seront pas surqualifiés? J'espère que ce ne sera pas qu'un voeux pieux.

al_moudir a dit…

Est ce en raison de son caractère sérieux, que le sujet n'attire pas les foules ? ou bien parcequ'il est long?

BooBoo a dit…

famma 3bed ma t7ebbech ta7yir el mweje3 w tbarbich ejjrou7, prefere profiter du beau temps.. bronzer.. ychoufou soum 7okket e6ma6em w bakou el ma9arouna wel 5obza 6ale3! w y9oulou normal, 5allina 3amlin jaw!!